Rubriques accessibles avec votre abonnement

Aux origines de la FFALC

En 2004 partant d'un constat d'une véritable crise du logement , un petit groupe de résidents décidère de réflechir sur les blocages d'une telle situation.

Le travail amenant ces résidents à percevoir dans une expression de citoyenneté, la notion d'habitat comme condition indispensable pour accéder à toute forme d'épanouissement personnel, collectif social. L'habitat global, aussi celui de chacun, individuel ou cellule famillialee se définissait naturellement comme besoin fondamental et bien commun.

Ce qui remettait en cause la façon d'aprehender l'accession au logement et les droits qui l'accompagnent.

Fort de ce constat, les objectifs affirmés de la fédération sont donc de créer un effet de levier dans la façon de considérer l'habitat collectif, qu'il soit public ou résidentiel.

Considérant que ce besoin fait partie d'un ensemble de conditions essentielles à l'équilibre de tout un chacun, il semble naturel de le considérer dans une notion de bien commun.

En fait, par essence même, le droit d'habitation rend le contenant, c'est à dire l'habitat, dépendant de ce principe et doit satisfaire à tout un ensemble de conditions qui doivent favoriser un déroulement paisible du parcours de vie des résidents.

La jouissance paisible, d'ailleurs est une obligation énoncée clairement à l'adresse des bailleurs, contenue dans le code de la construction et de l'habitat.

Autour de l'habitat se greffent de nombreux équipements qui permettent l'accès aux ressources comme l'énergie, l'eau qui sont du même ordre que l'habitat et s'inscrive dans le registre des biens communs et indispensable.

Ce constat guide les actions de la fédération FFALC, sa réflexion soutenue quant  à la bonne utilisation de ces biens ressources, la conduite à remettre en cause la marchandisation de ces besoins de premières nécessités,  les plaçant en haut de la pyramide avec une forte note hiérarchique.

La Fédération inscrit l'habitat dans une considération globale, donc comme coopérant avec son environnement, participant ainsi à son harmonie et son épanouissement.

Communiquer dans ce domaine est un engagement permanent de la FFALC.

 

LA RESSOURCE ET LE BESOIN EN HABITAT

13400millions d’hectares / 6721 millions d’humains = 1.990 hectares par humain de terre officiellement habitables... on trouve des humains dans de nombreux déserts... donc ils sont en partie habitable...

- si l’on ôte les 2730 millions d’hectares des quasi-déserts aux surfaces émergées de la planète on obtient :

- 12170 millions d’hectares / 6721 millions d’humains = 1.810 hectare par humain de terre plus ou moins fertile, forets et forets tropicales comprises.

- L’effet de serre naturel remonte la température moyenne de la Planète de 33 degrés celsius, à chaque degré supplémentaire, les calottes glacières fondent, le niveau des mers monte et la surface habitable par habitant diminue.

Déjà, aujourd’hui, c’est 1,8 hectare par humain sans rien de prévu pour toutes les autres espèces éléphants, rhinocéros, chevaux moutons... donc, il y a réellement bien moins de 1,8 hectare par humain si l’on réserve de la place aux animaux..., forêts, lacs, rivières, montagnes

Sans compter notre besoin en nourriture, équipements industriels, de détente, culturels, sportifs, collectifs etc etc.........